Le kit pédagogique

pour devenir incollable

Avant de planter le blé, l’agriculteur doit soigneusement préparer la terre :

 

  • le sol est aéré, labouré et désherbé.
  • il est ensuite enrichi avec du fumier et des engrais.
  • il faut enfin y passer la herse, un instrument pour émietter les mottes de terre.

Le blé peut alors être semé.

Pour ne pas épuiser le sol, l’agriculteur qui veut obtenir de bonnes récoltes doit parfois le laisser reposer grâce à un système d’alternance des cultures. C’est ce qu’on appelle l’assolement triennal, c’est-à-dire qui dure 3 ans.

Par exemple :

  • la 1ère année, l’agriculteur plante des pommes de terre dans son champ.
  • la 2ème année, il y sème du blé.
  • la 3ème année, il sème de l’orge.
  • la 4ème année, il plante à nouveau des pommes de terre.

Ces cultures ne puisent pas les mêmes éléments dans la terre car elles ont des besoins différents. La terre a ainsi le temps de faire des réserves d’une année sur l’autre.

Certaines terres peuvent parfois rester une année sans cultures, c’est la jachère.
En France, les terres à blé sont la Beauce, le grand Bassin parisien et le Nord.